Tout savoir sur le millésime 2015 en Côtes de Gascogne ...

Les conditions climatiques du millésime 2015
Après un hiver que l’on peut qualifier de normal sur un plan climatologique, le printemps a été particulièrement chaud et sec (+1,5°C de température moyenne et 50 à 70 % de moins de pluviométrie). Au stade de la floraison (fin mai-début avril), on enregistrait une précocité significative d’une dizaine de jours sur un millésime traditionnel. La floraison s’est déroulée très rapidement, dans des conditions idéales de chaleur et de temps sec.

La fin du printemps et le début de l’été (jusqu’au 7 août, soit de la floraison à la véraison) ont été également marqués par un climat ensoleillé, très chaud et sec (+2 à +3°C de température moyenne, 30 à 50 % de moins de pluviométrie), ponctué de plusieurs périodes caniculaires. Ces conditions printanières et de début d’été ont favorisé la formation de grappes bien chargées (quasiment pas de coulure ni de millerandage) mais composées de petites baies, en raison d’un manque d’eau notable.

A partir du 8 août, les pluies orageuses ont été plus généralisées et fréquentes : orage le 8 puis épisodes les 12, 13 et les 22, 23 août. La pluviométrie cumulée du mois a pu atteindre 100 mm dans certains secteurs du vignoble.


Les vendanges 2015
Les cépages précoces, Sauvignon et Chardonnay, sont arrivés à maturité fin août et tout début septembre. Les vendanges ont ainsi débuté le 26 août avec une dizaine de jours d’avance sur un millésime classique.

La seconde quinzaine du mois d’août a également été marquée par des fraîcheurs nocturnes très significatives (jusqu’à 10-12 °C) idéales pour la production des précurseurs aromatiques de thiols, arômes aux notes d’agrumes et de fruits exotiques qui confèrent toute la typicité à nos Côtes de Gascogne blancs secs et moelleux/doux.

La récolte des cépages emblématiques et autochtones a commencé autour du 10 septembre avec le Colombard et s’est poursuivie vers le 20 avec l’Ugni blanc pour se terminer, fin septembre avec celle du Gros Manseng pour la production des Côtes de Gascogne moelleux (30 à 45 g/l de sucres résiduels). Les parcelles de Petit Manseng sont réservées à des vendanges plus tardives (vers mi-octobre) en vue d’élaborer les Côtes de Gascogne doux (>45 g/l de sucres résiduels).

Afin de préserver les précurseurs aromatiques et de rentrer dans les chais des vendanges de raisins blancs à des températures déjà basses (10 à 15 °C), permettant de conduire des macérations pelliculaires puis un pressurage et une fermentation à basse température sans avoir recours à trop de frigories, nos vignerons ont travaillé de nuit, en commençant les vendanges mécaniques aux phares des machines vers 3-4 heures du matin, pour les arrêter vers 10-11 heures quand la chaleur commence à faire son effet sur les raisins.
Cette pratique des vendanges nocturnes, qui s’est généralisée dans le vignoble depuis une dizaine d’années, répond à des objectifs qualitatifs (préservation du potentiel aromatique, limitation des effets néfastes de l’oxygène…) mais permet également de faire des économies importantes en matière de flux énergétiques.
Qualité et responsabilité qualifient ainsi les vendanges à la mode gasconne.

Les vendanges des cépages rouges ont débuté vers le 10 septembre avec les parcelles de Merlot, Cabernet Franc puis de Cabernet Sauvignon destinées à la production de Côtes de Gascogne rosés (recherche des arômes de fruits et d’un équilibre sur la fraîcheur).
Les parcelles destinées à la production des vins rouges, dont celles encépagées en Tannat, ont été récoltées à partir du 20 septembre et se terminent en ces tous premiers jours d’octobre.

Tous les cépages ont pu être récoltés à une maturité physiologique (équilibre sucres/acides) recherchée et dans un état sanitaire très satisfaisant.


Et le millésime 2015 …
Les premières dégustations de contrôle, sur les cuvées destinées au marché des vins primeurs blanc, confirment l’excellent potentiel aromatique du millésime sur les blancs : les notes d’agrumes et de fruits exotiques typiques des Côtes de Gascogne blancs sont intenses et emplies de fraîcheur.

Les vins rosés seront assurément dans la lignée des blancs secs. La cuvée contrôlée pour le marché primeur s’est avérée remarquable.

Les vins rouges sont également très prometteurs car le climat si particulier du millésime 2015 a permis d’obtenir des maturités phénoliques abouties (richesse et qualité des anthocyanes et tanins), distinctives des grands millésimes.

Enfin, si le temps reste clément encore quelques jours, le millésime devrait également être remarquable pour les Côtes de Gascogne blancs doux. Le cépage Petit Manseng atteint déjà des degrés potentiels très intéressants avec un potentiel aromatique qui semble parfaitement préservé.

Sur un plan quantitatif, le millésime 2015 devrait être supérieur de 10 % environ à la moyenne décennale. 

Un millésime 2015, plein de promesses, à découvrir assurément ...

Réalisation : Agence Multimedia Otidea - Agence Webmarketing Baradoza - Unavia Digital